Accéder au contenu principal

Italie: la démission de deux ministres met le gouvernement de coalition en sursis

Matteo Renzi lors de la conférence de presse où il annoncé la démission de deux ministres issu de son parti Italia Viva le 13 janvier 2021.
Matteo Renzi lors de la conférence de presse où il annoncé la démission de deux ministres issu de son parti Italia Viva le 13 janvier 2021. AP - Alberto Pizzoli
Texte par : RFI Suivre
3 mn

L’ancien Premier ministre italien Matteo Renzi, leader de la petite formation Italia Viva, a annoncé ce mercredi 13 janvier la démission des deux ministres de son parti en réaction à la politique de l'actuel chef du gouvernement, Giuseppe Conte.

Publicité

Teresa Bellanova et Elena Bonetti ont claqué la porte de de leurs ministères respectifs : l'Agriculture et la Famille. Le responsable de leur parti Matteo Renzi reproche notamment au président du Conseil Giuseppe Conte sa gestion jugée solitaire de la pandémie et son plan pour dépenser les plus de 200 milliards d'euros que l'Union européenne doit octroyer à l'Italie dans le cadre de son méga plan de relance.

La crise ouverte par Matteo Renzi pourrait faire tomber le gouvernement, car sans les 18 parlementaires de son petit parti Italia Viva, l’exécutif n’aurait plus la majorité absolue au Sénat. Mais lors de sa conférence de presse Renzi n’a pas été clair sur ses intentions réelles, remarque notre correspondante à Rome, Anne Le Nir.

Il pourrait revenir sur sa position et continuer à soutenir le Parti démocrate et le Mouvement 5 étoiles, les principaux partis de la coalition au pouvoir, à condition qu’un nouveau pacte de gouvernement soit scellé et qu’il y ait une plus grande collégialité dans les décisions.

Encore faudrait-il que Giuseppe Conte accepte de négocier. Rien n'est moins sûr, car, pendant plus d'une heure, le leader d’Italia Viva a tiré à boulets rouges contre le président du Conseil, au point de déclarer qu’il a porté atteinte à la démocratie.

Un vote de confiance au Parlement ou une démission de Conte ? 

Face à cette nouvelle situation, Conte pourrait demander un vote de confiance au Parlement, en espérant obtenir suffisamment de voix au sein de l'opposition pour compenser le départ du parti de Renzi, même si cette option reste peu probable, le chef du gouvernement estimant avoir besoin d'une majorité « solide » sans chercher « une voix par-ci une voix par-là ».

Une autre hypothèse pourrait consister pour le Premier ministre à démissionner et obtenir un nouveau mandat du président de la République Sergio Mattarella avec une équipe remaniée. Giuseppe Conte s'est d'ailleurs entretenu mercredi à sa demande avec Sergio Mattarella. Ce remaniement pourrait être un moyen d'apaiser Renzi en accordant à son parti des ministères plus importants.

NewsletterRecevez toute l'actualité internationale directement dans votre boite mail

Page non trouvée

Le contenu auquel vous tentez d'accéder n'existe pas ou n'est plus disponible.